février 21, 2019 1 Commentaire

Qui sont vraiment les motards et comment vivent-ils? Il y en a de tous les genres: celui qui navigue dans le monde des motos ne s'en rend plus compte, mais vus extérieurement des fois nous sommes vraiment bizarres. Voici une liste des 10 stéréotypes qu'il vaut mieux éviter de rencontrer.

 

1. LE SPEEDÉ

Les histoires qu'il raconte commencent toujours au minimum à partir de 240 à l'heure. Il n'y a rien à faire: n'importe quelle anecdocte tu as à lui raconter, même l'histoire la plus absurde, lui l'a déjà vécue mais au moins au double de la vitesse. Du genre, Paris-Marseille en 2 heures chrono c'est normal pour lui. Mais attention. Si il t'arrive de faire un tour en moto avec lui, tu te rendras bien vite compte que, au-de-là de délivrer ses presque 200 ch de sa SBK réplique sur ligne droite (qui, bien souvent, n'a jamais vu l'ombre d'une épingle), il ne sait pas faire grand chose d'autre. Un conseil pour les motardes: souvent, les dimensions de ses histoires sont inversément proportionnelles à son équipement (et, pour une fois, on ne parle pas de moto...)

 

2. LE TIMIDE

Le timide est une des catégorie des plus dangereuses. Silencieux, un peu pâle et vaguement bossu, il ressemble à l'ancien intello avec des lunettes épaisses, celui qui se prenait des tartes et j'en passe. Comme si ce n'était pas assez, sa moto est complètement d'origine et d'une couleur pas fort attirante. En gros, il n'a vraiment pas l'air d'aimer mettre les gaz. Mais comme le veut le plus populaire des proverbes, les apparences n'ont jamais trompées comme dans ce cas-ci: tenter de rester derrière lui sur la route veut dire risquer de perdre ton permis, ta vie et entre chaque virage c'est un vrai killer. Après un tour sur circuit, tu en ressors tout transpiré, tandis que lui rentre aux stands relax, il retire son casque, il a la banane comme un petit enfant et même pas une goutte de sueur. "Et ben, maintenant j'ai essayé d'ouvrire un peu les gaz...", raconte-t-il, tandis que le meilleur chrono de la piste s'affiche et tu restes bouche bée.

 

 3. LE TALIBAN

Ce genre de motard plutôt qu'être réellement dangereux, il risque de te faire venir la gastrite pour le haut niveau de nervosité qu'il te provoquera après seulement deux minutes de conversation. Aussi car en vérité, la conversation n'existe pas avec lui: c'est un monologue sur la supériorité de sa moto et donc du constructeur de sa moto, dans n'importe quelle circonstance. En vrai, il se lance tellement des fleurs que pour lui, chevaucher sa moto, c'est beaucoup mieux que finir dans un lit avec 3 "proto" suédois. Peu importe si après il roule comme un pied, de toute façon sa moto lui offre des émotions même à l'arrêt. Un conseil pour les motardes, prenez garde: pendant un rapport, ne soyez pas surprises si il interrompt tout pour courir vers le garage et vérifier si ils ne lui ont pas volé sa vraie compagne.

 

4. L'ANCIEN SCOOTERMAN

Lui il s'est retrouvé avec une moto par erreur. Si c'était pour lui, une SH125 ce serait plus que suffisant. Mais bon voilà, l'oncle de son arrière cousin du côté de son papy maternel qui avait l'héritage lui a laissé aussi une R1 carbu de '98. Et pour ta malchance, il a même décidé d'apprendre à rouler en faisant un petit tour en moto avec toi. Vêtements techniques? Un casque jet sans visière mais avec les lunettes Ray-Ban, t-shirt Abercrombie&Fitch pour l'apéro, mocassins et jeans délavé, ça fera l'affaire! Plus dangereux que Freddy Krueger dans une crèche. Et en parlant de mode et t-shirt, rien ne vaut nos vêtements super stylés pour les motards et aussi pour nos amies motardes.

 

5. LE BOUEUX

Toutes les virées moto deviennent boueuses avec lui. Enduriste jusqu'au bout des ongles, il fait toujours des comparaisons entre motards de route et les motards off-road. Il faut absolument éviter les tours en moto avec lui: pour se sentir chez lui, il t'emmènera dans une cave avec sa nouvelle carenée quatre cylindres. Le déo? C'est pour les femmes. Si tu essaies de lui raconter une anecdote qui t'es arrivée en moto, il t'interrompera en rigolant à tue tête, en te reprenant: "Laisse tomber, si tu n'as jamais essayer le off-road, tu n'es rien à mes yeux." Un conseil pour les motardes: il ne change pas de slip, figurez-vous ce que ça peut donner dans l'intimité... Et pour un off-road (mais pas que) en toute sécurité, le "boueux" te conseillera sans aucun doute nos gants moto Typhoon tactiles et waterproof (il ne reste que quelques paires). 

 

6. LE CHAPELIER FOU

Tu n'as pas le temps d'allumer ta moto pour ton petit tour du dimanche qu'il est déjà en train de faire un wheeling. Et pendant ce temps, il te fixe avec un casque fluo et une visière finition mirroir, bien entendu. Pantalon camouflage, t-shirt rouge avec une tête de mort imprimée sur le torse et des Nike jaune-bleu, quand il fait sur une roue (c'est à dire, la plupart du temps) tu vois même son slip blanc. Fermement convaincu qu'un beau wheeling fasse son effet auprès de la gente féminine, il utilise des phrases à effet du genre: "Ah, toi tu utilises la roue avant?". C'est un gaillard assez arrogant, mais il faut tout de même lui accorder un sens de l'humour inné et une bonne dose d'équilibre et de courage. Un conseil pour les motardes: il adore avoir des rapports dans des positions assez bizarres, le genre de figures de trapézistes qu'on voit au Cirque Bouglione.

 

7. LE GRAND MANGEUR

En soi, c'est un gentil bonhomme, il ne ferait pas de mal à une mouche avec son sourire mélancolique et sa panse volumineuse. Proprio d'une grosse enduro plus équipée qu'un couteau suisse, ses balades en moto prévoient plus d'arrêts qu'un cours œno-gastronomique. Toi tu es là, prêt à dévorer les virages, mais lui est juste prêt à dévorer son sandwich au jambon de Bayonne. Et ne pense pas d'avoir le dernier mot avec lui: si tu essaies de t'engager dans une discussion, tu finiras par gouter la pistache de Perse importée avec ta deux roues garée soleil. Et, pour dire la vérité, ça ne te déplaira pas tant que ça. Un conseil pour les motardes: avec ses argumentations sur la bouffe et sur l'histoire du manger, il surprend et séduit n'importe qui.

 

8. LE MANIAQUE

Tom Sykes vient de l'appeler pour lui demander si, pour la première course du championnat, il pouvait utiliser sa moto. Mais bien entendu notre motard lui a répond non, en lui raccrochant au nez. Plus précis qu'un producteur de Katana, il a une moto pour laquelle un certain Valentino serait intéressé de lui racheter. Fourche plaquée or, étriers à l'uranium, le moteur est resté à 600 cc, mais sa puissance spécifique atteint magiquement les 600 ch/litre. On l'aurait vu allumer sa moto une fois seulement: un après-midi de printemps à 23,6°, il croyait être seul dans un rayon d'un kilomètre. Bien entendu, cette fois-là il a dégainé les couvertures moto et sa combinaison Troy Bayliss réplique. Enfin non, la vraie combi de Troy Bayliss. Pas de raison d'éviter le tour en moto avec lui: tu ne le verras pas poser son derrière deux en un à la fine couche de néoprène de sa selle. Un conseil pour les motardes: avant de passer à l'acte avec lui, il pliera rigoureusement sa chemise de marque, ses pantalons en lain et ses chaussettes en fil d'Écosse.

 

9. LE MALCHANCEUX

Tu le rencontres normalement pendant un track day avec des amis, mais aussi durant des sessions de kart indoor. C'est toujours la même chason: il a toujours une excuse pour tout. Et au début, tu y crois vraiment. En fin de compte, tout le monde peut avoir de la malchance. Mais à chaque fois que tu tournes avec lui, chaque fois que tu le dépasses, une fois que vous êtes à l'arrêt aux stands il a toujours une bonne excuse. "Mes pneus sont morts", "L'huile de la fourche est fini", "Je dois enlever 0,2 bar à l'avant pour mieux faire rentrer l'avant", "Aujourd'hui j'ai mangé comme un cochon". Et oui, tu ne le verras jamais enthousiaste sur quelque chose. Il arrive presque tout le temps dernier? C'est un hasard. Tu ne pourras jamais dire d'être plus rapide que lui. Parce que lui, après tout, il avait encore pas mal d'avantage.

 

10. L'HARLEYSTE

On t'averti de suite. Si tu as une Harley, ne lis pas ce qui suit. De toute façon tu as sûrement déjà fini de lire. Avec l'Harleyste, tu ne fais pas un tour en moto. Ou du moins, pas comme tu l'entends. Dès que tu sors du parking, il est déjà avec ses pédales qui grattent pour te coller et il te fait même un fuck si tu lui coupes la route. Il a une barbe bien longue et touffue et à table il ne s'épargne en aucun cas un rot bien sonore une fois fini son repas. Musique country le matin, heavy metal le soir, il a démonté et remonté son Harley au moins une dizaine de fois sans l'aide d'outils, juste avec la force de ses rudes mains puissantes. Si tu lui parles de bécanes qui ne sont pas custom, il te regardera bizarrement, comme si tu lui avais demandé l'explication des géométries non euclidiènnes. Un conseil pour les motardes: nous n'en dirons pas plus.

Si tu rentres dans une de ces catégories (ou plus), relax: le monde est beau parce qu'il est varié. Celui des motards l'est encore plus. Donc, vive les motos et vive les motards, de n'importe quelle espèce!

Motardement,

L'Équipe Motaravie

CET ARTICLE POURRAIT AUSSI T'INTÉRESSERQUELLE ESSENCE CHOISIR POUR TA MOTO ?


1 Réponse

Mesnier
Mesnier

février 23, 2019

Se que tu à oublier de dire les halesiste on pratiquement tous passé leur permis sur ges japonaises je roule en jap mais le permis je les passé sur un r80 à l’époque ma première becane un k100 rs maintenant un 1100 suzuc moin de prise au vent ce que je veux dire arrêter de vous la pèté avec vos harlé on sen fou complètement

Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.